Elections internes du MoDem 92 : ma profession de foi pour la Présidence du Mouvement départemental

novembre 22nd, 2014

Profession_de_Foi_D_Lefevre_President

Elections internes du MoDem 92 : Liste « Unité Démocrate dans les Hauts-de-Seine »

novembre 22nd, 2014

Programme_Actions_MoDem92
Profession_de_Foi_MoDem92

Le scrutin pour les élections internes du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine est ouvert et les bulletins de vote peuvent être envoyés jusqu’au 28 novembre 2014 (cachet de la poste faisant foi).

Je suis heureux de conduire une campagne constructive, sereine, sans animosité et d’être force de propositions pour notre mouvement et notre département.

Les portraits de nos 51 candidats au Conseil Départemental sont postés chaque jour sur le compte Twitter et Facebook UniteDem92; je suis fier de proposer aux adhérents des Hauts-de-Seine une liste de large rassemblement, représentative de tout le département et de l’ensemble des militants dans leur histoire et leur aspiration.

Tissée de compétences multiples et diverses, associant l’expérience et le renouvellement, une équipe solide, unie et riche de ses talents est née, une dynamique de rassemblement et d’apaisement s’est enclenchée.

Nous sommes rassemblés pour agir et porter des projets utiles, ambitieux et réalistes pour les Hauts-de-Seine.

Nous sommes motivés et déterminés à travailler au développement harmonieux de notre département sans à priori idéologique.

En cohérence avec le projet politique porté par François Bayrou et nos instances nationales, nous incarnons un Centre en capacité de fédérer l’ensemble des électeurs humanistes, républicains, démocrates et européens; nous voulons constituer le socle d’une alternative crédible et positive pour impulser une réelle modernisation de la vie et des pratiques politiques sur les Hauts-de-Seine.

Suivez le Mouvement et votez et faites votez jusqu’au 28 novembre la liste « Unité Démocrate dans les Hauts-de-Seine »!

site

map

Le 25 mai, je vote « Les Européens »

mai 23rd, 2014

Les_Europeens_web

Je suis candidat sur la liste « Les Européens » conduite par Marielle de Sarnez et Jean-Marie Cavada.

Retrouvez mon portrait publié sur le site : http://www.leseuropeens.eu/portraits-de-candidat-david-lefevre-adjoint-au-maire-de-chatillon.html

Comment résumeriez-vous votre parcours?

Je suis enseignant-chercheur en mathématiques appliquées dans une grande école d’ingénieurs et adjoint au Maire de Châtillon (92) en charge des affaires scolaires. Je me réclame du courant de la démocratie-chrétienne : je défends un modèle de société qui place l’Homme au centre de toutes les politiques. Je pense que les entreprises sont les premières créatrices de richesse et que la solidarité – et non l’assistanat – est l’un des éléments essentiels de la cohésion nationale.

Mon premier engagement politique remonte à la campagne présidentielle de Jacques Chirac en 1994-1995, qui était axée sur la réduction de la fracture sociale. J’ai soutenu l’UDF (Union pour la Démocratie Française) lors de la campagne pour les élections européennes de  1999 et  ai adhéré  au lendemain du choc du 1er tour de l’élection présidentielle de 2002 dans laquelle j’avais porté la candidature de François Bayrou. C’était alors la première fois que je prenais une carte dans un parti politique. Je considère que l’Humanisme est le mieux incarné sur la scène politique actuelle par François Bayrou et je milite au Mouvement Démocrate depuis sa création en 2007.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager pour l’Europe?

Je suis un Européen de cœur et de raison. J’aime l’idée de ces peuples libres qui s’unissent – sans rien abandonner de ce qu’ils sont – pour avancer ensemble et construire un avenir commun.

Aussi, l’Europe est notre seule chance pour surmonter les défis immenses auxquels nous avons à faire face. Aucune des questions dont dépend notre avenir (recherche, économie, agriculture, politique migratoire, défense) ne trouvera de réponses efficaces au sein de frontières closes. Face aux pays émergents et aux grandes puissances économiques, la France doit s’appuyer sur l’Europe pour jouer son rôle et peser sur le destin du monde.

Comment faudrait-il, à votre sens, améliorer l’Europe?

Nos concitoyens voient dans la mondialisation une menace d’appauvrissement et un risque de déstabilisation culturelle. L’Europe doit porter un projet d‘adaptation victorieuse à la globalisation et qui soit producteur de réponses fortes et concrètes à la crise actuelle.

Je souhaite une Europe plus forte, plus unie, plus intégrée qui se donne les moyens de préserver son héritage, défende ses intérêts et assure le respect de ses valeurs.

Qu’est-ce que l’Europe pourrait apporter à l’Ile-de-France?

En France et donc en Ile-de-France, nous devons gagner la bataille de la compétitivité et de l’emploi. L’une des voies de salut est de conserver un temps d’avance en matière de recherche et d’innovation. La recherche d’aujourd’hui, c’est notre capacité demain à maitriser de nouvelles technologies et à explorer de nouveaux marchés pour les entreprises. Le nerf de la guerre est le financement : l’Europe doit miser sur son enseignement supérieur et se doter de capacités de recherche avancée. Les grandes politiques de recherche seront solidairement européennes ou ne seront pas.

Qu’auriez-vous envie de dire aux europhobes et aux eurosceptiques?

Ils reprochent à l’Europe ce qu’ils lui empêchent de faire. Qu’ils donnent à l’Europe les moyens de sa politique et alors seulement ensuite ils pourront la critiquer!

Questionnaire de Proust (revisité)

Quel est votre principal trait de caractère? La détermination et la ténacité : je sais ce que je veux, je m’en donne les moyens et je ne lâche jamais !

Quel est votre passe-temps favori? Je suis passionné par ce que je fais donc les mathématiques et la politique … en attendant de fonder une famille ?

Quel est votre auteur préféré? Mes lectures sont très éclectiques et j’aime découvrir de nouveaux auteurs comme relire les grands classiques de la littérature. Mon livre de chevet du moment est  « Tous les hommes sont mortels » de Simone de Beauvoir.

Quel est votre héros de fiction préféré?  J’ai immédiatement pensé aux Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas et leur célèbre devise « Un pour tous et tous pour un », qui met en valeur la vertu de solidarité.

Quel est le personnage historique que vous admirez le plus? Dans l’histoire récente, j’en citerai au moins deux : le Général de Gaulle, pour l’esprit de résistance qu’il incarne, Robert Schuman pour l’élan européen.

Qu’est-ce que vous détestez par-dessus tout? La lâcheté.

Quelle est la réforme que vous admirez le plus? L’instruction primaire gratuite et obligatoire (lois 1881 et 1882 de Jules Ferry)

Quelle est, pour vous, la valeur principale de l’Europe? La fraternité

Quelle est votre devise? « N’essayez pas de devenir un homme de succès mais plutôt de devenir un homme de valeur » Albert Einstein

Un pacte de responsabilité ou d’esbroufe?

janvier 23rd, 2014

Lors de sa conférence de presse le 14 janvier dernier, François Hollande a lancé le pacte de responsabilité dont l’objectif principal est de décharger les entreprises de 30 milliards d’euros de cotisations sociales pour améliorer leur compétitivité.

Cette conversion présidentielle à la politique de l’«offre» signe tout d’abord l’échec des 18 premiers mois du gouvernement Ayrault. François Hollande n’est pas parvenu à inverser la courbe du chômage, le déficit public dérape fortement alors que dans le même temps les ménages et les entreprises ont été assommés par des taxes et des impôts nouveaux.

Aussi, la baisse annoncée du coût du travail de 30 milliards inclut les 20 milliards du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE) qui est déjà en vigueur depuis janvier 2013.

L’effort – net du CICE – porte donc sur 10 milliards seulement de baisse des cotisations patronales d’ici … 2017.

Par ailleurs, 30 milliards de gain d’exploitation pour les entreprises entraînent mécaniquement un surcroit de l’ordre de 10 milliards d’impôt sur les sociétés à verser à l’Etat.

Ainsi, le gouvernement donne 30 milliards pour in fine en reprendre 10. A moins que la fiscalité des entreprises ne soit revue à la baisse pour tenir la promesse d’allègement de charges à hauteur de 30 milliards d’euros?

Au delà des chiffres, le président de la République a indiqué que le soutien à la production constituerait désormais l’alpha et l’oméga de sa nouvelle politique économique.

Cette évolution va dans le bon sens mais le pacte de responsabilité aura-t-il un impact réel sur la situation de l’emploi?

François Hollande doit impérativement recréer un climat de confiance avec les entrepreneurs et s’engager dans une politique beaucoup plus volontariste.

Nous sommes prêts à soutenir des mesures précises et non des intentions.

Le président de la République est au pied du mur et ne peut plus décevoir.

Le MoDem s’engage dans une liste de large rassemblement avec Jean-Pierre SCHOSTECK et l’Union Pour Châtillon

décembre 3rd, 2013

Tractage_Union_Pour_Chatillon_03122013

Voici plusieurs mois que nous préparons les prochaines élections municipales avec l’objectif d’œuvrer utilement pour notre ville et de favoriser des rassemblements larges.

Dans les années qui viennent, Châtillon aura de nombreux défis à relever : la pression immobilière qu’accentuera encore la future Métropole de Paris, l’intégration du tramway dans la ville, le pôle multimodal de transport au nord de la commune avec la création d’une station du Grand Paris Express, le développement des outils numériques dans les écoles et les bâtiments publics.

Toutes ces actions seront à mener dans un cadre financier très serré afin de tenir compte des nombreux impôts que le gouvernement actuel ne cesse de créer ou d’augmenter.

Notre attention s’est surtout portée sur les enjeux locaux, les projets et, sans concession, sur les valeurs.

A quelques mois du scrutin, il est temps de rassembler les énergies et de faire jouer les intelligences collectives.

Jean-Pierre SCHOSTECK s’est proposé de fédérer des sensibilités politiques différentes et de conduire une liste d’intérêt général ouverte à la société civile et composée de femmes et d’hommes de bonne volonté de tous horizons.

C’est pourquoi nous avons décidé de nous rassembler dans l’intérêt supérieur  des Châtillonnais.

Nous porterons dans une ambition commune le dynamisme et les atouts de Châtillon au sein d’une équipe profondément renouvelée dotée d’expériences et de compétences complémentaires.

Bien sûr, nous sommes unis dans la diversité, nous acceptons les différences entre nous et nous travaillerons dans le respect mutuel et l’estime réciproque. On peut s’allier sans être soumis et ne pas perdre sa liberté d’expression comme nous l’avons prouvé depuis 2008.

Aux côtés de l’Union Pour Châtillon, nous défendrons un projet de progrès et de justice qui garantira l’avenir de notre commune tout en préservant notre environnement et la maîtrise de nos finances publiques.

« Les changements dans l’éducation » : les contre-vérités de Martine Gouriet

octobre 10th, 2013

Lors du dernier conseil municipal le 2 octobre, Martine Gouriet a prétendu qu’après des années de galère la rentrée scolaire s’était enfin bien déroulée en France et sur Châtillon en particulier.

La rentrée scolaire de septembre 2013 est effectivement la première rentrée entièrement préparée par la gauche depuis des années.

Il n’a sans doute pas échappé à Martine Gouriet que, dès le 5 septembre, les personnels d’éducation et d’enseignement du collège Paul Eluard étaient en grève pour dénoncer le manque de surveillants. L’établissement, qui compte 602 élèves, ne bénéficiait en effet pour la surveillance que de 3,5 postes, des assistants d’éducation (AED) ou des personnes en contrat unique d’insertion (CUI) travaillant 20 heures par semaine.

A la vérité, le budget ministériel pour la vie scolaire est en baisse de 5% pour la rentrée 2013. Du coup, l’académie de Versailles a perdu à la rentrée 189 emplois d’AED, alors que les effectifs sont en hausse (+4817 élèves).

Pour le département des Hauts-de-Seine, l’inspection académique a supprimé l’équivalent de 49 postes d’AED pour la surveillance ce qui constitue un record absolu depuis 6 ans !

97 établissements (24 lycées et 73 collèges) du département, dont le collège Paul Eluard, ont donc perdu à la rentrée 2013 un demi-poste d’AED au mépris de la sécurité des élèves.

Les déclarations du Président de la République et du gouvernement annonçant que l’Education nationale serait une priorité sont donc largement démenties par la réalité. Si de nouveaux postes d’enseignants ont bien été créés sur le papier, il faut aussitôt souligner que près de 2200 d’entre eux n’ont pas été pourvus au concours en 2013, faute de candidats au niveau suffisant!

Je suis moi-même enseignant-chercheur dans une grande école d’ingénieurs et je puis témoigner que l’enseignement supérieur et la recherche ne sont en rien sanctuarisés par le pouvoir actuel; au contraire, et pour la première fois depuis la création de l’école, nous sommes contraints, pour des raisons budgétaires, de supprimer ou de réduire le volume d’enseignement de certains cours au détriment de la qualité de la formation.

Certes, la maîtrise des dépenses publiques est un objectif majeur mais nous subissons depuis 18 mois un véritable déluge fiscal et la qualité des services ne cesse de diminuer! Le gouvernement fait des économies à la serpette sans aucun discernement et l’action publique devient toujours moins présente et moins efficace. Or il ne s’agit pas de servir moins, mais de servir mieux!

La réduction du déficit ne proviendra que d’une réorganisation effective de l’Etat et de la redéfinition de ses missions. Il est d’ailleurs notable de constater que l’une des rares réformes de structure du précédent quinquennat, permettant le regroupement des conseils généraux et régionaux avec la création du conseiller territorial, a été purement et simplement abrogée par l’actuel pouvoir pour préserver les intérêts des élus socialistes.

Aussi, comment justifier qu’on doive supprimer des postes de surveillants ou des cours alors que François Hollande s’apprêtait à financer une guerre en Syrie, la seconde en moins d’un an après celle au Mali?

Martine Gouriet organisait récemment sur la commune une réunion-débat sur « les changements dans l’éducation »; la conclusion de cette soirée était sans nul doute que le changement, c’est en fait pire qu’avant!

 

 

Syrie : la dangereuse escalade

septembre 6th, 2013

Le Président de la République, François Hollande, est déterminé à frapper militairement la Syrie en tandem avec les Etats-Unis.

Pourquoi François Hollande cède-t-il dans la précipitation à la fièvre de la guerre?

La responsabilité directe du régime de Bachar al-Hassad dans l’attaque chimique du 21 août dernier n’est pas clairement établie, les rebelles syriens sont infiltrés par les islamistes radicaux et la région est une poudrière.

Certes, les images d’enfants et de civils gazés sont épouvantables et la communauté internationale ne peut rester sans réaction mais le conflit en Syrie ne se résoudra pas par la force militaire.

François Bayrou a appelé à privilégier « la Cour pénale internationale et la gamme très importante de sanctions existantes » à une intervention militaire en Syrie.

Je reproduis ci-suit la lettre ouverte de François Bayrou au Président de la République, publiée dans le JDD et que je partage totalement.

Lettre ouverte de François Bayrou au Président de la République

« Monsieur le Président,

Votre décision d’engager la France en Syrie est prise et l’attaque est imminente.

Je veux cependant vous dire à quel point cette décision est périlleuse. Cette décision est prise sans consultation du Parlement, à la différence de Cameron qui a respecté le refus des députés britanniques et aussi d’Obama qui a annoncé qu’il consulterait le Congrès.

Un tel pouvoir de décision sans consultation se justifie quand il y a urgence. Il est impensable cette fois-ci que le Parlement ne soit pas consulté.

Il y avait urgence au Mali. Il fallait agir dans la minute : vous l’avez décidé, vous avez bien fait, et je vous ai soutenu publiquement sans hésitation ni réserve.

En Syrie, la situation n’est pas la même. S’il est peu de doute qu’il existe des armes chimiques (les mêmes ont été si largement utilisées pendant la guerre de 14), les preuves indiscutables de la responsabilité de leur utilisation n’ont pas été apportées, comme l’a reconnu M. Cameron. Le fer et le feu continuent à faire des deux côtés de nombreuses victimes.

Vous créez un précédent : vous allez intervenir sans mandat des Nations unies, sans nos alliés européens, sans l’Otan, dans une action bilatérale avec les États-Unis. Ce que la France reprochait en 2003 à Berlusconi, à Blair, à Aznar, elle va l’accomplir aujourd’hui. Comment interdire à d’autres demain des interventions unilatérales?

Vous allez intervenir avec des buts incertains. Vous annoncez que vous ne voulez pas renverser Assad et peser sur l’issue du conflit!… C’est une déclaration diplomatiquement hypocrite et qui n’a pas de crédibilité.

Il ne s’agit pas d’un « avertissement » : il s’agit d’une intervention faite pour mettre à genoux le régime actuel (à bien des égards détestable) et donner la victoire à ses adversaires.

Qui sont ces adversaires? À qui s’apprête-t-on à donner la Syrie et de larges pans de la région? À des forces fondamentalistes engagées dans une entreprise globale d’instauration de l’islamisme politique, au cœur de l’affrontement séculaire et désormais brûlant entre sunnites et chiites.

Qui seront les victimes? D’abord ceux que nous frapperons directement, militaires et parfois civils ; ensuite les communautés minoritaires en Syrie, les différentes communautés chiites, les communautés chrétiennes d’Orient (qui adressent une supplique unanime pour qu’on renonce à cette attaque) ; enfin le Liban, dans l’existence et l’équilibre duquel nous avons une responsabilité historique et où des forces françaises sont engagées – et exposées – dans le cadre de la Finul…

La frappe n’est pas non plus la seule solution.

Il est une gamme de rétorsions, de poursuites et de sanctions, conduisant les coupables jusqu’au Tribunal pénal international, qui auraient le même effet dissuasif sans exposer aux mêmes risques. Et qui pourraient, elles, conduire à la seule solution que l’on doive espérer, négociation et solution politique protégeant toutes les minorités. La France a, vis-à-vis de la Syrie, du Liban et des communautés minoritaires religieuses et ethniques de la région, une responsabilité historique et affective.

Et la France a un devoir vis-à-vis d’elle-même!

Nous avons construit une image de la France au travers des décennies : de de Gaulle à Jacques Chirac lors du drame irakien, nous étions le pays qui parlait avec tous, et protégeait l’essentiel. Et ce n’était pas seulement une image : c’était notre identité et notre réalité. C’était un patrimoine pour notre pays.

Monsieur le Président, nous étions nombreux à avoir mis de l’espoir en votre modération et votre équilibre. Vous engagez la France dans une voie périlleuse.

Je souhaite me tromper, mais je voulais vous dire que vous faites courir un grand risque à l’avenir de la Syrie, aux minorités, au Liban, et à une certaine idée de la France qui ne s’aligne pas.

François Bayrou. »

J’ai signé la pétition pour une loi de moralisation de la vie publique; et vous?

avril 8th, 2013

Moralisation

Signez l’appel à une loi de moralisation de la vie publique, lancé mercredi 3 avril par François Bayrou!
http://www.moralisation.fr

Circulaire Taubira et « Mariage et adoption pour tous » : le point de vue d’Agnès Lequime.

février 1st, 2013

Je reproduis ci-suit le point de vue d’Agnès Lequime, féministe engagée de longue date, membre de la section MoDem de Châtillon et qui était ma suppléante aux élections cantonales de mars 2011 :

«Le retour encouragé de l’esclavage au féminin avec les «mères porteuses» de la circulaire «Taubira ».

A mon grand regret, aucune organisation féministe, aucune organisation de défense des droits de l’homme ne proteste contre cette circulaire qui encourage cette forme nouvelle – et cependant très ancienne – d’esclavage que représente la gestation pour autrui. J’irai donc me joindre à la manifestation de Mme Frigide Barjot ce samedi devant l’Assemblée Nationale.

Cette pratique est connue depuis la plus haute antiquité, où les concubines ou esclaves suppléaient aux carences de l’épouse légitime pour fournir un héritier mâle au maître de maison. Elle est attestée dans les lois sumériennes de Lipit-Ishtar, roi d’Isin en Mésopotamie (20è siècle avant JC – § 27), dans le code d’Hamourabi (18è siècle avant JC – § 144-146) et dans la Bible (Genèse chapitre 16, v.1à 3) : Sarah ne pouvant avoir d’enfant introduit dans le lit d’Abraham son mari, son esclave Agar. On connaît la suite… Toujours dans la Bible (Genèse 30, v. 1 à 6 et suivants), Rachel, épouse stérile de Jacob lui donne Bilhâ son esclave qui enfanta un fils. Rachel dit «le Seigneur m’a jugée et il a écouté ma voix aussi en me donnant un fils, Dan». Elle a de la même façon un deuxième «fils», Nephtali.

Je ne suis pas contre le mariage homosexuel, à un moment où les couples se marient de moins en moins et où la majorité des enfants naissent hors mariage. Mais je crois qu’un enfant a un droit intangible à connaître ses origines. Je suis donc contre l’adoption, hormis le cas d’adoption simple de (ou des) l’enfant(s) du partenaire, issu(s) d’une précédente union hétérosexuelle. L’enfant a déjà un père et une mère et l’adoption simple, au contraire de l’adoption plénière maintient les liens de filiation avec les parents biologiques.

Par contre je suis contre la PMA, qui est un traitement de la stérilité pathologique de l’homme ou de la femme, et à ce titre pris en charge par la Sécurité Sociale. La «Sécu», déjà fortement déficitaire, n’a pas à prendre en charge les désirs d’enfants de personnes fécondes en parfaite santé.

Quant à la gestation pour autrui, la circulaire Taubira en autorisant la transcription à l’état civil français d’enfants nés à l’étranger de mère porteuse, à défaut de la légaliser, l’encourage en toute impunité. Et ce, en dépit de l’article 16-7 du Code Civil, qui dispose «Toute convention portant sur la gestation pour le compte d’autrui est nulle». Une convention nulle ne peut produire aucun effet, d’où le refus de transcription à l’état civil français de la part des juridictions. L’article 227-12 du code pénal qui punit de 6 mois de prison et de 7500 euros d’amendes dans le cas de gestation pour autrui ne vise que l’entremetteur et non le bénéficiaire ! Madame la Ministre de la Justice encourage par là, la pratique à l’étranger de faits interdits en France.

Certes, on peut pleurer sur le sort d’enfants «fantômes», «apatrides», mais ce sont le plus souvent des enfants bénéficiant de la nationalité et d’un passeport américains, sésame aussi précieux que le passeport français, et peut-être même plus… Il semble que seuls les cas de mères porteuses Géorgiennes ou Indiennes peuvent poser problème. Doit-on modifier la législation pour ces seuls cas et ne peut-on trouver une solution sur une autre base?

Il faut remarquer que les mêmes – député(e)s, sénateurs(trices) personnalités – qui réclament à cor et à cri la pénalisation des clients des prostituées – arguant de la traite d’êtres humains – et qui prônent la repentance vis-à-vis des peuples victimes de la traite transatlantique, se penchent avec bienveillance sur les clients des mères porteuses, femmes que la pauvreté oblige à louer leur corps.»

Ensemble contre le SIDA

décembre 4th, 2012

 gala_301112.jpg

En France, 7000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH chaque année ; l’épidémie continue de progresser et nous devons remobiliser toute la société dans la lutte contre le SIDA.

C’est pourquoi je salue l’ensemble des initiatives prises par l’association Epsylon, Aides, le collège Paul Eluard et la municipalité de Châtillon pour sensibiliser les jeunes à la prévention et au dépistage.

J’assistai le 30 novembre dernier au « Gala des Jeunes Artistes » à la Folie Desmares ; la salle était comble, de jeunes artistes se sont succédés, interprétant différents styles de musiques et des comédiens ont joué des scènes de la vie quotidienne sur le thème du SIDA.  

Eradiquer le SIDA n’est plus une utopie mais d’ici à sa disparition totale, le chemin est encore long.

Mobilisons-nous pour favoriser le recours au dépistage, explorer de nouvelles pistes de prévention et encourager les chercheurs sur la piste tant espérée d’un vaccin !